Futures mamans, vous aimeriez débuter l’allaitement du bon pied? Voici les meilleurs conseils pour que votre souhait soit exaucé.

1. L’importance de bien s’informer

Il est primordial de bien se renseigner en prénatal, car l’allaitement, c’est tout un monde!

Si vous connaissez les principes de base et savez reconnaître les mythes, cela vous sera assurément d’une grande aide. Impliquez également votre conjoint! Vous apprécierez avoir son avis si vous avez des inquiétudes.

À mon avis, les meilleurs endroits pour obtenir des informations fiables sont les organismes communautaires d’aide à l’allaitement.

2. L’importance de bien s’entourer

Toujours avant d’accoucher, trouvez les ressources disponibles en cas de besoin.

Où pouvez-vous rencontrer une consultante IBCLC dans votre secteur? Quel est le délai pour avoir une rencontre?

Un organisme près de chez vous offre-t-il du marrainage avec une bénévole formée en allaitement? Une ligne téléphonique si vous avez des questions?

Si vous rencontrez des difficultés, vous apprécierez savoir où vous vous en allez et ne pas avoir à chercher.

3.Faites du peau-à-peau après la naissance

Faites du peau-à-peau avec bébé pendant 2h suivant sa naissance, si possible. Pourquoi? Cela favorise la production d’ocytocine, une des hormones responsables de la production de lait.

Consultez mon article sur les bénéfices du peau-à-peau si vous voulez en savoir plus.

4. Première mise au sein dans les 2h suivant la naissance

Durant les premières heures de peau-à-peau, tentez une première mise au sein.

Saviez-vous que les aréoles des seins devenaient plus foncées en fin de grossesse, justement pour servir de repère et que bébé puisse les distinguer plus facilement? Il faut leur faire confiance, ils savent quoi faire!

Si bébé est incapable de prendre le sein, extrayez votre colostrum manuellement et offrez-lui à la petite cuillère.

5. Mises au sein subséquentes : aux signes d’éveil

On tente une mise au sein chaque fois que bébé démontre un signe d’éveil (ouvre la bouche, tourne la tête, cherche, bouge les bras).

On vise 8 à 12 tétées efficaces par 24h.

N’attendez pas qu’il pleure car ce sera plus difficile.

S’il ne parvient pas encore à prendre le sein, continuez d’extraire manuellement votre colostrum et de lui donner à la cuillère.

6. Stimulez votre production

Plus vos seins seront bien stimulés, plus vite arrivera votre montée de lait.

Ainsi, si bébé parvient maintenant à prendre le sein, poursuivez les boires aux signes d’éveil (toujours 8 à 12 par jour) et apprenez comment savoir s’il boit assez dans cet article. 

Après 24h de vie, si bébé n’est toujours pas parvenu à prendre le sein, il faut ajouter des mesures car vous devez préserver votre production.

Pour le nourrir, on procède donc comme suit :

  • Tentatives de mise au sein aux signes d’éveil dans différentes positions;
  • Extraction manuelle du colostrum et le donner à la cuillère;
  • Séance d’expression de lait avec tire-lait. Il faut idéalement reproduire le comportement du bébé, donc 8 à 12 séances par jour. Voyez mon truc entretien de tire-lait dans cet article;
  • Obtenir de l’aide rapidement d’une consultante IBCLC.

7. Évitez, si possible, suce et biberon

Pourquoi on recommande d’éviter la suce et le biberon? Parce qu’il est plus difficile de déceler les signes de faim d’un bébé qui a une suce dans la bouche et qu’un nouveau-né qui tète sa suce peut se contenter de celle-ci et sauter un boire, ce qui n’est pas idéal pour établir votre production;

De plus, la suce peut modifier la façon de téter de votre bébé. Ça peut être évident et immédiat (ex: douleur lorsqu’il boit au sein) ou encore être plus subtil et avoir un impact plus tard (ex: tète moins efficacement, ce qui diminuera votre production à long terme).

Maintenant, vous êtes libres de prendre la décision que vous jugez bonne pour vous et votre bébé! Plusieurs bébés prennent la suce sans que cela affecte l’allaitement. Pour plusieurs autres, c’est l’inverse. Il faut seulement en être consciente avant de décider de l’introduire, question d’être attentive au comportement de son bébé.

8. Ne tolérez pas la douleur

Si vous ressentez de la douleur quand bébé est au sein, il y a de fortes chances que ce soit en raison d’une mauvaise prise. On demande de l’aide pour l’améliorer, et SURTOUT, on n’endure pas! Une blessure peut se faire en deux jours et prendre des semaines à guérir…ne prenez pas le risque de compromettre votre allaitement.

De plus, si vous demandez de l’aide et que l’on vous dit que tout semble normal, consultez quelqu’un d’autre car si ça fait mal, ce n’est pas normal.

9. Faites-vous confiance

La confiance est un facteur clé dans la réussite de l’allaitement!

Croire en soi et en notre capacité de nourrir son bébé, c’est primordial. Pourquoi? Parce qu’on le veuille ou non, l’allaitement repose en grande partie sur les épaules de la maman. Si elle-même n’y croit pas, personne ne peut y croire à sa place.

Si vous vous êtes bien renseignée, si vous êtes bien entourée, sachez faire abstraction des remarques qui fusent de toute part et qui vous occasionnent des remises en doute.

Ne tenez pas compte des conseils de ceux qui s’y connaissent moins que vous!

Mamans d’expérience, auriez-vous quelque chose à ajouter?