Je dois admettre que le contenu de cette page peut paraître lourd, mais il vous permettra de comprendre le fonctionnement de base de l’allaitement. Après avoir lu ce texte, vous saurez l’essentiel sur le processus de la lactation et de la tétée.

J’ai fait appel à mes compétences en vulgarisation (!) question de simplifier la chose au maximum, car qu’on se le dise, l’allaitement, c’est assez complexe!

La lactation: comment ça marche?

Période pré-natale

Depuis le début de vos règles pendant votre adolescence, vos glandes mammaires se développent un peu plus à chaque cycle menstruel. Lorsque vous tombez enceinte, la croissance des glandes est à son apogée.

Dès votre 16e semaine de grossesse, vos glandes se mettent au travail et commencent à produire du colostrum. Le colostrum est un liquide jaune, plutôt épais et très nutritif. Il fournit des anti-corps au nouveau-né, favorise le développement de ses organes et facilite l’évacuation du méconium (premières selles). Ce sera la première nourriture de votre bébé.

À partir d’environ 28 semaines de grossesse, le processus de lactation proprement dit débute. Votre corps produit davantage de prolactine et d’ocytocine, qui sont les deux hormones responsables de la lactation.

Période post-natale

Dès la naissance de votre bébé et jusqu’à ce que vous ayez votre montée de lait, votre nouveau-né sera nourri par votre colostrum, qu’il boira idéalement au sein.

Lors de la montée de lait, le colostrum fait place au lait maternel proprement dit.

Comment savoir si vous avez eu votre montée de lait?

La montée de lait se produit généralement entre le 2e et le 5e jour de vie de votre bébé. Plusieurs femmes reconnaîtront leur montée de lait par un ou des signes suivants :

  • Seins durs;
  • Seins sensibles;
  • Seins lourds;
  • Seins chauds;

alors que d’autres femmes ne remarqueront rien de tel mis à part que ce qui sort de leurs seins est davantage liquide et de couleur blanc. Ne croyez pas que vous n’avez pas assez de lait si vos seins ne s’apparentent pas à deux ballons de football!

Par contre, si votre montée de lait est inconfortable voire même douloureuse, le meilleur remède consiste à faire boire bébé le plus souvent possible. Si cela ne vous soulage pas, vous pouvez aussi exprimer votre lait entre les boires, manuellement ou avec un tire-lait, aussi souvent que vous le désirez durant cette période. Pour plus de détails, je vous invite à lire mon article sur l’engorgement ou montée de lait.

Pour la suite, les 6 prochaines semaines sont très importantes. Afin d’établir une bonne production de lait, il est primordial de mettre bébé au sein à la demande, soit minimalement 8 à 12 fois par jour, et de ne pas laisser passer plus de 6 heures entre les tétées.

Production autocrine et endocrine: c’est quoi?

Je me permets un petit point plus technique. Après l’accouchement, la production de votre lait est entièrement gérée par les hormones. On la dit endocrine. C’est pour cette raison que pendant les 10-12 premiers jours post-partum, environ, il n’y a aucun risque à exprimer du lait autant de fois que vous le désirez. C’est le temps de faire des réserves!

Par la suite, de façon graduelle, la production de votre lait devient entièrement gérée par la loi de l’offre et la demande. On la dit alors autocrine. Autrement dit, c’est bébé qui gère la production. Plus il tète, plus la glande se met au travail et le sein se remplira à mesure pour satisfaire bébé. Moins il tète, moins la glande est appelée à travailler, ce qui peut occasionner une diminution de la production de lait.

Rassurez-vous : il est encore possible de tirer du lait pendant cette période. Il faut seulement le faire intelligemment afin de ne pas causer de surproduction.

Il est impossible de dire quand exactement le changement endocrine-autocrine se produit. C’est différent pour chaque femme…3 semaines, 2 mois, 4 mois, 6 mois…c’est du cas par cas. Souvent, la femme le réalisera car elle aura l’impression qu’elle manque de lait (c’est une fausse impression!). Ses seins redeviennent très souples, son réflexe d’éjection tarde à venir, bébé est impatient.. Il ne faut pas s’en faire! Allaitez bébé à la demande et le tout rentrera dans l’ordre.

Le réflexe d’éjection: comment ça marche?

Lorsque bébé se met au travail, il fait de petits mouvements légers et rapides. On dit alors qu’il «appelle» le lait. Ce vidéo assez exceptionnel vous permet de le constater par vous-mêmes!

Le cerveau de la mère reçoit alors le signal que c’est l’heure du boire. La machine se met en branle et le lait commencera à couler dans la bouche du bébé, goutte à goutte.

Puis, normalement dans les premières minutes que bébé est au sein, vous constaterez que les mouvements de la mâchoire du bébé s’accentuent, qu’ils sont plus lents et profonds. Vous aurez l’impression que bébé prend de plus grosses gorgées. C’est le réflexe d’éjection. Il est déclenché par la succion efficace de bébé et par le jeu de l’ocytocine. À ce moment, le lait coule en petits jets dans la bouche de bébé. Ce réflexe se produit à plus d’une reprise durant un boire, mais est normalement moins fort au fur et à mesure que le boire avance.

Certaines femmes sentent, alors que leur réflexe arrive, un serrement ou un picotement au niveau du mamelon et de l’aréole. Aussi, il arrive que le sein non-sollicité se mette à couler. D’autres femmes ne le sentent pas du tout.

Réflexe d’éjection lent à venir

Certains facteurs peuvent avoir un impact sur le réflexe d’éjection. Le stress, la fatigue, la douleur, une faible production de lait ou d’ocytocine en sont des exemples et peuvent bloquer le réflexe. Si vous croyez que cela vous arrive, tentez de faire un massage des seins avant le boire, détendez-vous, faites-vous confiance et installez-vous confortablement.