Je dois admettre qu’avant d’avoir des enfants, je ne savais pas trop combien de temps «il fallait» allaiter un bébé. J’avais en tête 3 mois. Je ne sais pas trop où j’étais aller chercher ça!

C’est drôle, parce qu’on dirait qu’aussitôt que j’ai annoncé ma grossesse, je me suis fait questionner sur la façon dont je souhaitais nourrir mon futur bébé. Pourquoi ça intéressait tant les autres, je l’ignore, mais j’ai vite constaté que tous et chacun avait toujours son mot à dire sur la façon dont se vit la maternité.

Toujours est-il que pour moi, il n’y avait aucun doute. J’allais allaiter « au moins les 3 premiers mois», que je répondais! Bébé est né et l’allaitement ne s’est vraiment pas déroulé comme je me l’étais imaginé. Ce fut un allaitement qui, comment dire….a amené son lot de défis. Pas juste les premières semaines, mais les premiers mois.

Bébé allait bientôt avoir son fameux 3 mois et ça ne faisait que commencer à être simple. Je commençais tout juste à apprécier les boires et partager ces beaux moments avec lui. Et puis tranquillement, la curiosité des gens quant à mon allaitement a refait surface. On me demandait si j’allaitais «encore» mon bébé.

Évidemment que j’allaitais encore! Je commençais enfin à récolter le fruit de tous mes efforts! En vivant l’allaitement, mes propres objectifs avaient complètement changé: j’allais allaiter au moins jusqu’à ce que je recommence à travailler. Rendue là, je verrai.

Les mois ont passé et l’intérêt que mon allaitement «prolongé» suscitait chez mon entourage ne s’essoufflait pas.

-Il boit encore au sein? Il serait assez grand pour tenir son biberon!

J’avais envie de leur répondre de ne pas s’inquiéter pour lui et qu’il boira au verre à la maternelle comme tous les autres!

Ces commentaires m’irritaient au plus haut point! Il n’avait même pas un an! Il était où le problème? Et surtout, en quoi ça les concernait?

Avec du recul, j’ai fait les constats suivants:

1- La société en général est très mal informée au sujet de l’allaitement. Peu de gens savent que l’Organisation mondiale de la Santé (ce ne sont pas des deux de pique, quand-même!) encourage l’allaitement jusqu’à deux ans, vu tous ses bienfaits pour la mère et l’enfant.

2- J’ignore elle se situe à quel âge exactement, ça varie d’une personne à l’autre, mais il semble y avoir une limite socialement acceptable à la durée de l’allaitement (et ce n’est clairement pas le 2 ans de l’OMS!). Si tu la dépasses, tu sens le jugement ou le malaise.

3- On ne se gêne pas à s’immiscer dans la façon dont on nourrit notre bébé. Qu’on allaite 3 mois, 6 mois, 18 mois ou pas du tout, quelqu’un aura quelque chose à dire, c’est inévitable.

Au début, c’est irritant. Avec le temps, on apprend à ne pas s’en faire. Après tout, l’allaitement se vit entre la mère et l’enfant: personne d’autre n’a son mot à dire.

Et vous, avez-vous déjà eu l’impression que l’on jugeait la durée de votre allaitement?