À peine assise à l’endroit où vous allaitez habituellement, votre poupon se met à pleurer. Vous tentez de lui faire prendre le sein mais il se cambre vers l’arrière et hurle de plus belle. Vous êtes confrontée à une situation déstabilisante: bébé refuse de prendre le sein.

Vous devez maintenant trouver pourquoi, et vite! Il existe une multitude de raisons pouvant expliquer le comportement de bébé, des plus banales aux plus complexes. En voici une énumération, qui vous permettra, je l’espère, de mettre le doigt sur le problème et d’y mettre un terme.

Rappelez-vous également qu’à chaque fois que votre bébé refuse de prendre le sein, vous vous devez de veiller à quelque chose de crucial : préserver votre production de lait!

1.Réflexe d’éjection fort

Commençons par le commencement: c’est quoi un réflexe d’éjection? C’est quand le lait se met à couler dans la bouche de bébé en petits jets, plutôt que goutte à goutte. Certaines mères sentent un picotement à l’aréole juste avant qu’il arrive (le premier arrive normalement dans les 1-2 premières minutes du boire, et il y en a plusieurs autres au cours d’une tétée et ils sont généralement de moins en moins forts). Bébé fait alors des mouvements lents et profonds pour boire…il semble prendre de plus grosses gorgées.

Certaines mères ont un réflexe d’éjection puissant, faisant en sorte que bébé reçoit trop de lait trop vite. Ce dernier peut en venir à trouver cela désagréable au point où il ne veut plus venir au sein, par crainte d’être noyé!

Souvent, les mamans qui ont un réflexe d’éjection fort pensent à tort manquer de lait, car bébé soit refuse de prendre le sein, soit se décroche rapidement en hurlant, comme s’il était insatisfait.

1.1 Signes d’un réflexe d’éjection fort

  • Bébé s’étouffe souvent lorsqu’il boit. Il fait du bruit en avalant. Vous constatez qu’il peine à gérer le débit;
  • Il s’arque et se décroche du sein. Il arrive que du lait sorte en jet quand bébé se retire;
  • Bébé mouille bien ses couches;
  • Succion de bébé très efficace;
  • Bébé régurgite (car il boit beaucoup et très vite);
  • Vos seins coulent entre les boires ou encore le second sein coule quand bébé boit au premier;

1.2 Trucs pour allaiter avec un réflexe d’éjection fort

D’abord, généralement, sachez que le bébé sera en mesure de s’adapter au réflexe d’éjection de sa mère au fil des semaines. Il parviendra de mieux en mieux à gérer sa propre succion en fonction de la rapidité à laquelle le lait arrive. En attendant, voici des choses à essayer:

  • Exprimez un peu de lait maternel avant de mettre bébé au sein, question de faire passer le premier réflexe d’éjection;
  • Privilégiez une position d’allaitement dans laquelle la tête de bébé est plus haute que le sein : position football, position couchée, position physiologique (donne de très bons résultats);
  • Retirez bébé du sein lorsque vous sentez votre réflexe arriver et le remettre quelques secondes plus tard;
  • Faire faire des rots à bébé plus souvent.

2.Reflux gastro-oesophagien

Certains bébés font du reflux parce que leur jonction oesogastrique est immature ou encore parce que leur mère a un réflexe d’éjection fort. Sachez que seulement 8% des bébés feraient du véritable reflux, et que la plupart d’entre eux sont prématurés. La problématique est à la mode ces temps-ci…

2.1 Signes que bébé fait du reflux

  • Bébé semble inconfortable, il pleure beaucoup;
  • Il régurgite beaucoup ou vomit;
  • Il ne régurgite pas, mais ravale ce qui remonte (semble mâcher de la gomme);
  • S’étouffe ou a souvent le hoquet;
  • Gain de poids lent;
  • Refus de téter (car il associe le boire à sa douleur).

2.2 Que faire si bébé fait du reflux?

  • Continuer d’allaiter, car le lait maternel se digère plus facilement;
  • Prioriser de courtes tétées fréquentes pour ne pas surcharger son estomac, et bien lui faire faire ses rots;
  • Le garder à la verticale après les boires pour un bon 30 minutes;
  • Surélever la tête de sa couchette de sorte à ce que bébé ne soit pas couché totalement à l’horizontal;
  • Le faire téter! Au sein idéalement (s’il tète sans boire) ou avec la suce s’il la prend. Pourquoi? Car le fait de téter provoque des contractions dans son estomac qui enrayent la douleur et les régurgitations!
  • Pas d’amélioration après avoir essayé ces trucs? Consultez un médecin, qui pourra prescrire une médication adéquate (zantac, prevacid).

3. Inconfort de bébé

3.1 Position d’allaitement inadéquate

Bébé a-t-il l’air bien installé lorsque vous l’allaitez? Évaluez votre position…si bébé est tout croche, nécessairement ce n’est pas agréable pour lui. Assurez-vous qu’il soit confortable : tout son corps doit être bien soutenu. S’il se sent instable, il n’aura nécessairement pas le goût de boire.

De plus, certains bébés ne peuvent pas supporter d’avoir une pression sur la tête et la nuque! Placez votre main autrement pour le supporter. Je vous recommande vraiment de vous procurer le coussin d’allaitement de la compagnie québécoise Nneka: c’est de loin le meilleur!

3.2 Bébé a le rhume ou a mal aux dents

Les bébés sont comme nous. Quand ils ne se sentent pas bien, certains ont moins faim. Plusieurs bébés font des grèves de la tétée lorsqu’ils ont des poussées dentaires, par exemple, ou quand ils ont un rhume. C’est normal et il ne faut pas s’en faire.

Pendant ces périodes, tentez de maximiser vos moments de détente en peau-à-peau avec bébé. Pourquoi ne pas essayer d’allaiter dans le bain? Un changement dans les habitudes donne parfois un résultat inespéré!

Si vous soupçonnez que bébé a mal aux dents, soulagez-le en lui offrant des objets à mordiller, froids dans la mesure du possible, ou encore massez ses gencives.

Si bébé a le rhume, assurez-vous que son nez soit dégagé au maximum avant de le mettre au sein (Hydrasens + Babyvac). Un bébé qui a le nez bouché peut difficilement s’accrocher, car il manque d’air!

Enfin, si cela perdure, pensez à préserver votre production à l’aide d’un tire-lait.

4. Intolérance & allergie à la protéine laitière

On entend beaucoup parler des intolérances et des allergies à la protéine laitière. De quoi s’agit-il au juste?

C’est lorsque l’on croit que les protéines de certains aliments ingérés par la mère, qui se rendent à bébé par le biais du lait maternel, provoquent une réaction particulière chez lui.

Dans le cas d’une intolérance, on parle d’une réaction purement digestive. Attention! Ce n’est pas parce qu’il ne s’agit pas d’une allergie à proprement parler que l’on doit la prendre à la légère. Une intolérance, c’est sérieux. L’allergie, pour sa part, pourra provoquer des symptômes digestifs, cutanés et respiratoires.

4.1 Signes les plus courants d’une intolérance à la protéine laitière

  • Pleurs excessifs, inconfort constant, tortillements;
  • Vomissement (et non régurgitation) en JET;
  • Mucus et/ou sang dans les selles;
  • Gain de poids lent – difficultés répétées à boire;
  • Diarrhées répétitives ou encore constipation.

4.2 Signes les plus courants d’une allergie à la protéine laitière

  • Tous ceux cités ci-haut;
  • Problèmes cutanés (urticaire, eczéma);
  • Congestion nasale, toux;
  • Choc anaphylactique.

Sachez qu’un faible pourcentage des bébés seraient réellement aux prises avec ces problématiques. Si vous trouvez que votre bébé pleure beaucoup, prenez d’abord un peu de recul et demandez-vous si le comportement de votre bébé sort du cadre normal du comportement d’un nouveau-né. Vous savez, un bébé, ça pleure! C’est son seul moyen de communication! Je vous réfère à cette image pour vous guider!

Ceci étant, si vous constatez que même quand vous avez répondu à tous ses besoins (faim, réconfort, chaud/froid, divertissement), il est encore inconfortable, parlez-en à votre médecin. Si ce dernier vous propose de faire l’essai d’un régime d’éviction, je vous recommande fortement de vous procurer le livre de la nutritionniste Sandra Griffin, qui est LA bible en la matière (Maman mange bien).

5. Insuffisance de lait

 Un bébé affamé qui constate que lorsqu’il est mis au sein, le repas offert n’est pas suffisant, peut en venir à ne plus vouloir y boire. Il y a toutefois une distinction à faire entre l’impression de manquer de lait et le manque réel de lait. Pour savoir si votre bébé boit assez, fiez-vous aux signes suivants :

5.1 Signes que bébé boit assez

  • Bébé boit au minimum 8x par 24 heures et il semble satisfait après les boires;
  • Bébé fait pipi et caca en quantité suffisante (1 pipi par jour de vie jusqu’à 6 jours et ensuite 6 à 8 pipis + 2 cacas par jour jusqu’à ce qu’il ait 6 semaines). 1 pipi = 2 à 3 cuillères à soupe d’urine…vous pouvez toujours tester avec de l’eau à quoi ça correspond dans une couche vide pour voir si votre bébé urine suffisamment;
  • Bébé reprend du poids et généralement, à 2 semaines, il a repris son poids de naissance (si ce n’est pas le cas, pas de panique Monique, mais consultez pour tenter d’améliorer la situation);
  • Vous entendez bébé avaler régulièrement lorsqu’il est au sein (ce point est crucial…un bébé qui tète ne boit pas nécessairement). Je vous réfère à ce vidéo pour que ce soit plus concret. Rendez-vous à la 57e seconde. Le vidéo date un peu, mais les bébés d’il y a 10 ans avalent de la même façon que les bébés d’aujourd’hui

5.2 Causes d’une production de lait insuffisante

Plusieurs éléments peuvent être à l’origine d’une production de lait insuffisante. D’une part, sachez que moins de 5% des femmes ne produisent pas assez de lait pour allaiter exclusivement leur bébé.

Plus souvent qu’autrement, les mamans qui ont des difficultés avec leur production ont connu des débuts difficiles (d’où l’importance d’essayer d’avoir un bon départ) et c’est ce qui a eu un impact sur leur production. Parfois, c’est la gestion de l’allaitement qui n’est pas optimale (ex : tétées écourtées, horaire strict, pas suffisamment de boires). D’autres fois, c’est le bébé qui ne facilite pas les choses (ex : frein de langue court, succion faible ou désorganisée). Maintenant, il faut savoir que rien n’est perdu. Voyez les conseils ci-dessous pour améliorer la situation.

5.3 Comment augmenter sa production de lait

Le principe de base pour parvenir à augmenter sa production, c’est que davantage de lait doit sortir de vos seins. Maintenant, comment on s’y prend? On priorise d’abord et avant tout bébé! Car même si vous avez un tire-lait d’une excellente qualité, bébé est imbattable.

  • On s’assure que la prise du sein est bonne et qu’on entend bien bébé avaler;
  • On met bébé au sein 8 à 12 fois par 24h et on le tient actif le plus possible pour qu’il stimule nos seins au maximum. Pour le tenir actif, on fait de la compression constamment et on change de sein régulièrement, dès que l’on remarque qu’il ralentit (si la mise au sein est facile, bien sûr);
  • On maximise le peau-à-peau! Pourquoi? Car il favorise la sécrétion d’ocytocine, une des hormones responsables de la production de lait! À faire sans restriction!

Ensuite, le tire-lait entre en jeu. On fait une séance d’expression d’environ 10-15 minutes immédiatement après que bébé ait fini de boire, idéalement après chaque tétée pendant environ une semaine.

Ainsi, la stimulation supplémentaire du tire-lait aura pour effet d’envoyer un message au cerveau comme quoi plus de lait doit être produit. Au début, vous ne récolterez pas grand-chose….c’est tout à fait normal. Il faut laisser le temps au corps de comprendre qu’il doit produire plus.

C’est une période très exigeante. Vous aurez certainement besoin d’aide et de support de votre entourage. Mais rappelez-vous que c’est temporaire et que le résultat de vos efforts sera sans doute de pouvoir allaiter exclusivement votre bébé. Si l’énergie vous manque, il est préférable de faire une séance plus courte plutôt que de ne pas en faire du tout.

Enfin, certaines femmes constatent une amélioration grâce à la prise de produits naturels (Fenugrec ou Chardon Béni). Vous n’avez rien à perdre à l’essayer!

Si toutes les mesures non pharmacologiques ci-hautes décrites ne sont pas suffisantes, vous pouvez consulter afin que vous soit prescrit un galactogogue du nom de Dompéridone. Ce médicament, qui a pour effet de favoriser la production de lait, produit généralement de très bons résultats.

6. Bébé refuse un seul sein

Certains bébés refusent catégoriquement de boire d’un côté. Plusieurs raisons peuvent en être la cause.

Questionnez-vous d’abord à savoir si votre bébé tourne moins bien la tête d’un côté que de l’autre. Aurait-il une raideur faisant en sorte qu’il est davantage confortable pour boire d’un côté? Si c’est le cas, consultez un professionnel (chiropraticien, ostéopathe) pour améliorer sa situation.

Si bébé ne semble pas avoir de torticolis, peut-être a-t-il simplement une préférence pour un de vos seins! Même s’ils peuvent sembler identiques, les bébés sont intelligents et sont en mesure de savoir ce qui leur plaît le plus. Par exemple, bébé peut préférer un mamelon plus que l’autre ou encore préférer un sein puisque le lait vient plus vite. Dans ces cas, il n’y a pas de solution miracle et il faudra essayer différentes choses (ex : faire sortir votre mamelon avec un tire-lait avant le boire si un côté est plus par l’intérieur que l’autre, faire sortir un peu de lait avant de mettre bébé au sein et le laisser sur le mamelon, faire de la compression pour que bébé obtienne du lait plus rapidement).

6.1 Allaiter avec un seul sein

Enfin, est-il possible d’allaiter son bébé avec un seul sein? La réponse est oui. De façon exclusive? Tout dépendra de votre production. Si vous êtes dans une situation où bébé refuse un sein, tentez d’abord de corriger la situation et stimulez au maximum le sein boudé à l’aide d’un tire-lait pour ne pas perdre votre production de l’autre côté. Tentez d’offrir le sein non-préféré quand bébé est tout près de s’endormir ou encore la nuit. Une rencontre avec une consultante pourrait également vous aider à solutionner le problème.

7. Confusion sein-tétine

La confusion sein-tétine peut être subtile, mais parfois elle ne fait pas de doute. Un bébé peut en venir à refuser catégoriquement de prendre le sein puisqu’il a développé une préférence à boire dans un autre contenant qui lui a été offert (biberon, gobelet avec tétine) ou encore parce qu’il est confus et ne sait plus comment téter. En effet, peu importe le marketing à ce sujet, aucune tétine de biberon ni suce n’est identique au sein.

Maintenant, comment y remédier? Premièrement, cessez d’offrir à bébé suce ou autre tétine. Ensuite, je conviens que ça peut paraître ésotérique (!), mais il faut se reconnecter avec bébé! Multipliez les tentatives de mises au sein et faites du peau-à-peau : créez une lune de miel avec lui. Offrez-lui le sein en vous promenant dans la maison, quand il est tout près de s’endormir ou dans le bain. Parfois, bébé est réceptif quand ça sort des sentiers battus!

Je vous recommande également de vous entourer de quelqu’un de compétent en allaitement. Ce n’est pas une expérience facile, mais ayez confiance en vous et votre bébé…un boire à la fois et ça reviendra. N’oubliez pas de stimuler votre production!

8. Horaire d’allaitement rigide

Votre bébé a-t-il vraiment faim? Peut-être n’a-t-il tout simplement pas le goût de boire pour le moment. Comme vous le savez, les bébés n’ont pas d’horaire. On ne peut pas dire: «ça fait 2 heures qu’il n’a pas bu, il doit boire».

L’allaitement à la demande est à préconiser, ce qui signifie que l’on allaite quand bébé démontre des signes de faim. Je vous réfère à cette image des signes de faim qui peut être aidante! Ce n’est pas évident au début, mais il faut apprendre à connaître notre bébé. Plus les semaines passeront, plus ses comportements n’auront plus de secret pour nous!

9. Impatience de bébé

Vos seins sont devenus souples, vous avez l’impression qu’ils sont vides. Bébé prend le sein mais se détache en pleurant, sans lait dans la bouche. Qu’est-ce qui se passe? À un certain moment pendant la pratique d’allaitement, moment qui varie pour chaque femme et selon le nombre de grossesses, la façon dont le lait est produit change.

Au tout début, la production de lait est entièrement gérée par les hormones. Plus le taux d’hormones est élevé, plus de lait sera produit. Ensuite, à compter de la deuxième semaine post-partum environ et de façon progressive, elle deviendra entièrement gérée par l’offre et la demande. Plus bébé tète et boit, plus de lait sera produit. Ainsi, quand la production devient entièrement gérée par l’offre et la demande, vous comprendrez qu’il y a un petit délai entre succion du bébé/ signal au cerveau / production du lait. Il faut encourager bébé à continuer, il s’habituera. De plus, sachez que plus bébé vient au sein souvent, plus la vitesse de sécrétion est rapide.

10. Engorgement

Si vos seins sont très durs, bébé ne parvient peut-être tout simplement pas à s’accrocher. Voyez comment faciliter la tâche de bébé dans mon article sur l’engorgement.

11. Muguet

Un bébé qui a du muguet a mal! Il ne veut définitivement pas boire! Il faudra traiter la problématique dans les meilleurs délais. Je vous réfère à mon article complet sur le muguet.

12. Bébé s’éveille

Plus les mois passent, plus bébé devient conscient de ce qui l’entoure. Il arrive un temps où certains bébés sont beaucoup trop occupés à observer et à découvrir pour vouloir boire.

Il n’y a pas de solution miracle ici! L’idéal sera d’allaiter dans un endroit où il y a le moins de distraction possible.

Vous pouvez également tenter d’allaiter en portant un collier. La compagnie BULLE fait de magnifiques colliers colorés. Bébé peut le manipuler, le regarder, tout en buvant et en restant concentré. À essayer!

13. Odeur

Certains bébés sont sensibles à l’odeur de leur mère. Si vous portez un nouveau parfum, une nouvelle crème ou avez essayé un nouveau savon, il se peut que cela dérange bébé.