Tant qu’on ne l’a pas vécu, c’est difficile de s’imaginer à quel point un si petit bébé peut demander autant de temps.

Les deux ou trois premiers mois sont exigeants et font décidément appel à nos facultés d’adaptation et à notre patience.

Vous avez toutefois l’impression que votre bébé est constamment accroché après vous et vous vous demandez si c’est normal? Voici ce que j’aimerais que vous sachiez sur le sujet.

Les tétées non-nutritives

Les bébés retrouvent beaucoup de réconfort lorsqu’ils sont mis au sein. En étant collés contre leur mère, ils sentent son odeur et sa chaleur.

Certains bébés veulent donc téter simplement pour cette raison. Ils n’ont pas nécessairement faim ou soif, mais ils se sentent seuls, ont froid, mal, peur ou veulent dormir, par exemple.

On sait qu’il s’agit d’une tétée de réconfort si bébé ne fait que téter; on ne l’entend pas avaler de lait et il ne semble pas travailler pour en avoir.

Comment gérer les tétées de réconfort?

C’est un choix personnel.

Certaines mères mettront bébé au sein dès qu’il le demande car elles trouvent cela plus simple ainsi.

D’autres mères sont moins à l’aise avec cette façon de faire car elles se sentent ‘’esclave’’ de leur bébé. Elles tenteront donc de trouver d’autres façons pour apporter du réconfort à leur bébé avant d’initier une mise au sein (ex : le bercer, le masser, portage, suce, etc.)

La capacité de stockage

Connaissez-vous la notion de capacité de stockage? C’est elle qui, EN PARTIE, explique pourquoi votre bébé boit aux 2, 3 ou 4 heures. Explications?

Chaque mère a une capacité de stockage différente. Parfois même, la capacité de stockage diffère d’un sein à l’autre. Et sachez que la grosseur de vos seins n’a rien à y voir!

Prenons par exemple la mère A, qui a une capacité de stockage de 500ml dans un sein et de 300ml dans l’autre. Ainsi, bébé a la possibilité de prendre un gros boire chaque fois qu’il est mis au sein.

La mère B, pour sa part, a une capacité de stockage de 200ml d’un côté et 100ml de l’autre. Son bébé boira nécessairement moins lors d’un boire, et devra revenir au sein plus souvent.

L’autre partie, c’est votre bébé! Il y a les gros gourmands qui aiment prendre de gros boires et les fins gourmets qui préfèrent revenir déguster plus souvent.

Les poussées de croissance

Vous ne reconnaissez plus votre bébé : on dirait un éternel insatisfait! Il est irritable, n’a plus de routine et demande à boire aux heures.

Ça sent la poussée de croissance!

La majorité des bébés font des poussées de croissance autour de 3 jours, 3 semaines, 7 à 10 semaines, 3 mois et 6 mois (ce sont des indicateurs, cela peut varier).

Pendant ces périodes, qui peuvent durer jusqu’à une semaine, bébé veut boire constamment.

C’est le moment de lâcher prise, de sortir les plats préparés du congélateur et de se faire une station allaitement (divan, coussin d’allaitement, eau, collations, ipad, téléphone, kleenex et séries télé!).

C’est en faisant boire bébé à la demande que vous passerez au travers et que votre production s’adaptera aux nouveaux besoins de votre bébé qui grandit!

Rappelez-vous que c’est temporaire et gérez vos attentes face à ce que vous voulez accomplir dans la journée!

Les tétées groupées

Vous avez l’impression d’être otage du divan car bébé veut boire continuellement?

Plusieurs bébés font des tétées groupées, c’est-à-dire qu’ils concentrent leurs boires à un certain moment de la journée (ex : beaucoup de boires en matinée ou beaucoup de boires en soirée, par exemple).

Vous savez que votre bébé fait des tétées groupées si avoir 20 minutes pour prendre votre douche et vous laver les cheveux, c’est trop lui demander!

C’est exigeant, mais cela s’estompe généralement plus le bébé grandit. Restez zen et positive!

Production de lait insuffisante

Il est certain qu’un bébé qui a faim cherchera à boire davantage et donc, à venir au sein plus souvent.

Il y a toutefois une distinction à faire entre l’impression de manquer de lait et le manque réel de lait. En effet, moins de 5% des femmes ne pourraient pas allaiter exclusivement leur bébé.

Les problèmes de production sont souvent liés à un début d’allaitement difficile et non pas à l’incapacité du corps de la femme à produire assez de lait.

Par exemple, une gestion non-optimale de l’allaitement (ex : tétées écourtées, horaire strict, pas suffisamment de boires) ou encore une particularité de bébé (ex : frein de langue court, succion faible ou désorganisée) peuvent avoir un impact sur votre production.

Pour savoir si vous devez vous inquiéter par rapport à la suffisance de votre production de lait, référez-vous à mon article qui vous permettra de déterminer si bébé boit assez.

Si vous en venez à la conclusion que votre production n’est peut-être pas à son meilleur, ne vous découragez pas, ce n’est pas perdu! Voyez ici comment augmenter votre production de lait.